Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Des signes pour le dire

Étude sémiotique des émotions complexes animales

À se demander longuement si les animaux étaient ou non capables de dire, nous en avons oublié de nous demander s’ils avaient, surtout, quelque chose à dire. Suivant les traces de Peirce qui disait qu’il « n’y a pas de pensée sans signe », cet ouvrage se propose d’utiliser les signes de l’expression animale, non pour savoir si elle peut être ou non appelée langage, mais pour remonter à la source de ce qui les crée. À quoi bon avoir un langage, s’il ne sert pas à véhiculer des pensées ?

Avec le soutien de la faculté des lettres de Sorbonne Université, de l’ED 5 « Concepts et Langages », de l’EA 4509 « Sens, texte, informatique, histoire » (STIH) et de La Fondation Droit Animal, éthique et sciences (LFDA).

2019

Pauline Delahaye

filet

Domaine : Sciences humaines et sociales | Linguistique

Collection : Rivages linguistiques

filet

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 232 p.

ISBN : 978-2-7535-7793-0

Disponibilité : en librairie
Prix : 30,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)

Cadre théorique de travail interdisciplinaire

  • Cadre théorique linguistique
  • Cadre théorique éthologique
  • Quelques documents utilisés

Modèle de lecture sémiotique des émotions complexes

  • Théorie de la pertinence et écologie du modèle
  • Choix de la sémiotique, lien idée-signe
  • Comportement émotionnel et notion de super-signe

Mise à l’épreuve du modèle

  • Renforcement du modèle
  • Carences du modèle
  • Pondération du modèle

Pauline Delahaye a étudié à Paris Descartes sous la direction de l’anthropologue Jean-Didier Urbain, puis à Paris Sorbonne, où elle fait sa thèse sous la direction de la sémioticienne Astrid Guillaume. Reçue docteur en 2017 avec les félicitations unanimes du jury, elle a enseigné depuis à Sorbonne Université et participe à de nombreux séminaires et congrès, en France (Diderot, Lyon 1) et à l’étranger (Moscou, Palerme, Lausanne, Berkeley).

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 15 novembre 2019

Presses Universitaires de Rennes