Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Travail forcé et mobilisation de la main-d’œuvre au Sénégal

Années 1920-1960

À partir d’archives administratives inédites, d’articles de presse et d’entretiens oraux, ce livre propose une histoire sociale du travail forcé en Afrique de l’Ouest. Il s’intéresse aux multiples acteurs qui ont modelé et adapté au quotidien la politique économique des autorités. À la croisée de l’histoire du travail, de l’Afrique et du fait colonial, ce livre propose une réflexion renouvelée de la « mise en valeur » des territoires coloniaux. Il interroge dans le même temps l’impact du travail forcé sur la rhétorique et les pratiques de mobilisation de la main-d’œuvre des élites postcoloniales au lendemain de l’indépendance du Sénégal en 1960.

Avec une préface d’Alexander Keese et une postface d’Andreas Eckert.

L’étape de prépresse de cette publication a été soutenue par le Fonds national suisse de la recherche scientifique. L’ouvrage a aussi obtenu le soutien du centre de recherche re:work (Berlin).

2019

Romain Tiquet

filet

Domaine : Histoire | Histoire contemporaine

Collection : Histoire

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 288 p.

ISBN : 978-2-7535-7610-0

Disponibilité : en librairie
Prix : 26,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)

  • La route. Travail prestataire et main-d’œuvre pénale sur les chantiers routiers sénégalais
  • La plantation de sisal. Entreprises privées, effort de guerre et migrations forcées
  • Les chefs. Le commandement indigène, courroie de transmission de l’économie politique coloniale
  • Résistances. Entre refus, adaptation et négociation : réactions quotidiennes au travail forcé
  • La deuxième portion du contingent. « Tirailleurs-la-pelle », un réservoir de main-d’œuvre au statut ambigu
  • Devoir de travail. Mobiliser la main-d’œuvre pour la construction nationale

Romain Tiquet, après avoir réalisé sa thèse en histoire de l’Afrique à l’université Humboldt de Berlin, est actuellement chercheur postdoctoral au département d’Histoire de l’université de Genève.

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 17 mai 2019

Presses Universitaires de Rennes