Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Les premiers Irlandais du Nouveau Monde

Une migration atlantique, 1618-1705

Ce volume porte sur la migration d’environ 3 000 engagés irlandais qui se sont établis sur les bords de la Chesapeake, en Virginie et au Maryland, au cours du XVIIe siècle. L’étude dresse un portrait démographique et socioculturel de ces engagés et de leurs propriétaires. Comment concilier le besoin de main-d’œuvre et le fait que les engagés irlandais étaient catholiques, donc considérés comme des traitres ? Comment ces stéréotypes ont-ils été transportés de l’autre côté de l’Atlantique et quelles en furent les conséquences sur leurs perspectives d’avenir au sein des sociétés coloniales ?

Avec une préface de Bertrand Van Ruymbeke.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

2016

Élodie Peyrol-Kleiber

filet

Domaine : Histoire | Histoire moderne

Collection : Des Amériques

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 344 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-4918-0

Disponibilité : en librairie
Prix : 24,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)

Préface de Bertrand Van Ruymbeke

L’engagement, une affaire atlantique

  • L’Irlande
  • La Chesapeake
  • La Chesapeake : contexte économique
  • Retour aux origines

Caractéristiques sociodémographiques

  • Profil des engagés irlandais
  • Répartition géographique et temporelle

Les engagés et leurs maîtres

  • Planteurs et maîtres
  • Les relations entre un maître et son engagé
  • Nationalité et religion

Après l’engagement

  • Des hommes libres ?
  • Formation de réseaux de sociabilité
  • De l’engagement à l’esclavage

Élodie Peyrol-Kleiber est maître de conférences en civilisation nord-américaine à l’université de Poitiers. Elle a soutenu sa thèse en 2012 à l’université de Paris VIII et s’intéresse particulièrement aux différentes formes de travail non libre dans l’Amérique coloniale puis britannique.

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 12 décembre 2017

Presses Universitaires de Rennes