Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Un tableau n’est pas qu’une image

La reconnaissance de la matière de la peinture en France au XVIIIe siècle

La progressive prise en considération de la facture de la peinture dans la culture artistique du XVIIIe siècle est l’histoire d’un enrichissement du regard. La peinture était décrite jusqu’alors comme une fenêtre ou comme un miroir. Elle devint aussi une matière. Au commentaire d’une image s’ajouta le commentaire d’une surface. Nous sommes aujourd’hui entièrement redevables de ce retournement paradigmatique qui eut lieu vers 1760.

Avec le soutien du centre Georges-Chevrier.

2016

Jérôme Delaplanche

filet

Domaines : Art | Histoire de l'art
Art | Peinture

Collection : Art et Société

filet

Format : 17 x 24,5 cm
Nombre de pages : 240 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-4370-6

Disponibilité : en librairie
Prix : 26,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)

La tradition questionnée, 1675-1720. L’atelier et l’Académie

  • Contexte : La Peinture de touche en France au XVIIe siècle
  • Joseph Parrocel, Marco Boschini et le pittoresco
  • Les débats sur le coloris en France dans le dernier tiers du XVIIe siècle
  • Situation : Une peinture coloriste, Charles de La Fosse

Le basculement critique, 1720-1760. L’atelier, le salon et l’Académie

  • Contexte : La libération de la touche
  • Pratique de Watteau versus discours de Oudry
  • Tentatives de renouveau du discours
  • Le nouveau statut du faire

Un vocabulaire paradoxal, 1760-1800. L’atelier, la salle de vente et le Salon

  • Contexte : Le virage vers le sérieux de la peinture d’histoire du dernier tiers du XVIIIe siècle
  • Pratique de Fragonard versus discours de Liotard
  • Les notices des catalogues de vente au XVIIIe siècle
  • L’évolution du discours critique
  • L’impossible langage
  • Situation : Une peinture néoclassique, David

Ancien pensionnaire de la Villa Médicis, Jérôme Delaplanche est docteur habilité en histoire de l’art. Ses recherches portent essentiellement sur l’art français et italien des XVIIe et XVIIIe siècles. Il a publié deux monographies sur Noël-Nicolas Coypel (2004) et sur Joseph Parrocel (2006) et une étude sur la peinture de bataille, Peindre la guerre (2009). Après avoir enseigné à l’Université et travaillé au projet du Louvre Abu Dhabi, il est depuis 2015 chargé de mission pour l’histoire de l’art à l’Académie de France à Rome-Villa Médicis.

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 23 mars 2017

Presses Universitaires de Rennes