Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

La violence en institution

Situations critiques et significations

Cet ouvrage éclaire la problématique de la violence en institution en explorant le champ scolaire, les violences sexuelles, les massacres scolaires, les usages du courrier électronique, mais aussi les questions de la déontologie enseignante et de la violence originelle, les mythes fondateurs des institutions et la figure du bouc émissaire.

Avec le soutien de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

2015

Rémi Casanova et Sébastien Pesce (dir.)

filet

Domaines : Sciences humaines et sociales | Sociologie
Sciences humaines et sociales | Éducation

Collection : Des sociétés

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 248 p.

ISBN : 978-2-7535-3993-8

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

 

  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Rémi Casanova (université Lille III – Profeor-CIREL) et Sébastien Pesce (université F.-Rabelais de Tours – Éducation, éthique, santé) sont maîtres de conférences en sciences de l’éducation. Ils ont dirigé ensemble les ouvrages Pédagogie alternative en formation d’adultes (2010) et Pédagogues de l’extrême (2011) aux éditions ESF.

 

« Les débats sur la violence en institution se multiplient, drainant et entretenant deux mythes. Le premier résulte d’une psychologisation à outrance de la violence, ce qui ne manque pas de réduire l’analyse des causes à la seule responsabilité individuelle. Le second décrit quant à lui les institutions comme des entités stables et durables qui auraient parfaitement fonctionné depuis la nuit des temps, … jusqu’à ce que des dérèglements sociétaux ne les transforment en victimes impuissantes de violences dont elles ne sauraient être la cause. Dans leur ouvrage, Rémi Casanova et Sébastien Pesce s’emploient précisément à déconstruire ces deux façons de voir, ces deux représentations. »

Alain Max Guénette, L’AGEFI, mai 2015

 

« Il est des ouvrages qui retiennent toute l’attention, et celui-ci est l’un d'eux. »

Tony Orival, Lectures, 20 novembre 2015

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 02 décembre 2016

Presses Universitaires de Rennes