Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

Soundspaces

Espaces, expériences et politiques du sonore

Soundspace fait écho et contrepoint à soundscape, notion théorisée par M. Schafer et l’écologie sonore dans les années 1970. Pas d’ambition paysagère ici, mais le projet de construire de nouveaux espaces de savoir et d’action. Penser les liens entre « espace » et « son » invite à réexaminer les catégorisations de ces notions, la diversité de leurs agencements. Ainsi, géographes, ethnologues, sociologues, historiens et analystes de l’art et des arts du spectacle, urbanistes et paysagistes, architectes, politistes, ingénieurs du son et acousticiens, mais aussi artistes et acteurs culturels apportent différents outils, écoutes, manières de faire, modèles et interrogations.

Avec le soutien de l’université de Nantes.

2015

Claire Guiu, Guillaume Faburel, Marie-Madeleine Mervant-Roux, Henry Torgue et Philippe Woloszyn

filet

Domaine : Sciences humaines et sociales | Géographie

Collection : Géographie sociale

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 414 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-3460-5

Disponibilité : en librairie
Prix : 21,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Mises en scènes et écriture sonore des espaces

  • Écritures sonores : composer espaces et territoires
  • L’écoute adressée : quelles étendues ?
  • Quand les archives audio composent de nouveaux espaces

L’expérience sonore des lieux. Spécificités, approches, enjeux

  • Ambiances sonores in situ
  • Expérimentations sensibles

Les territoires politiques de l’environnement sonore

  • La mise en politique du bruit et de ses outils. Perspectives historiques et propositions pour l’action
  • Des dedans de la recherche et de la conception : la construction des connaissances pour l’agir
  • Co-habiter dans la ville par les sons : entre rythmes urbains et infrapolitique habitant

Claire Guiu est maître de conférences en géographie à l’université de Nantes, ESO (Espaces et Sociétés), UMR 6590, et chercheuse associée au centre Georg-Simmel, UMR 8131.

Guillaume Faburel est professeur à l’université Lumière Lyon 2, UMR Triangle (CNRS, École normale supérieure, université de Lyon 2 et de Saint-Etienne, IEP de Lyon), LabEx Intelligences des mondes urbains.

Marie-Madeleine Mervant-Roux est directeur de recherche au CNRS (études théâtrales), directrice adjointe de THALIM (Théorie et histoire des littératures et des arts de la modernité), UMR 7172 (CNRS, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, École normale supérieure).

Henry Torgue est ingénieur de recherche CNRS, sociologue, urbaniste, compositeur, directeur de l’UMR 1563, Ambiances architecturales et urbaines (laboratoires CERMA et CRESSON).

Philippe Woloszyn est architecte, acousticien, chargé de recherches CNRS au laboratoire ESO (Espaces et Sociétés), UMR 6590 de l’université Rennes 2.

 

« Cet ouvrage révèle ainsi toute la diversité des sounds studies, ce que l’on constate à travers l’immense variété des approches théoriques et des auteurs mobilisés pour se saisir de cet objet de recherche. Mais ce livre met également en avant les défis épistémologiques et méthodologiques qu’impose la prise en compte de la dimension sonore des espaces. En décrivant certaines tentatives de représentation du son (cartes, etc), plusieurs auteurs soulèvent la complexité de la modélisation des géographies sonores. À l’heure où les sons du monde deviennent patrimoine et leur sauvegarde une « mémoire pour l’avenir » (p. 213), cet enjeu devient fondamental. »

Antonin Margier, Territoire en mouvement, 5 novembre 2015

 

« Les éclairages réalisés sur différents espaces pourront intéresser aussi bien les chercheurs (en sciences humaines et sociales comme en lettres, mais aussi en architecture, en géographie, en urbanisme, voire en ingénierie), que les artistes, les fonctionnaires ou un public plus large, soucieux des transformations de notre environnement sonore. Au-delà d’une première impression de mélange rassemblant pêle-mêle toutes sortes de contributions, il faut reconnaître que les coordinateurs de cet ouvrage ont réussi le pari de réaliser un véritable travail interdisciplinaire mené avec suffisamment de rigueur que pour se révéler fécond. »

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke, Géocarrefour, 13 octobre 2015  

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 24 juin 2016

Presses Universitaires de Rennes