Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

L’art social en France

de la Révolution à la Grande Guerre

De la Révolution à la Grande Guerre, cet ouvrage examine les discours sur « l’art social », leurs origines idéologiques, leurs tensions, ainsi que l’histoire de la notion et le rôle qu’elle a pu jouer dans les pratiques artistiques. Il s’agit d’interroger la fonction de l’art dans une société post-révolutionnaire, industrielle et marchande, ainsi que son autonomie et son originalité. Plus largement, les auteurs se proposent de replacer l’idée d’art social dans la longue durée et d’en découvrir les acteurs.

En coédition avec l’Institut national d’histoire de l’art.

2014

Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)

filet

Domaines : Histoire | Histoire contemporaine
Art | Histoire de l'art

Collection : Art et Société

filet

Format : 17 x 24,5 cm
Nombre de pages : 496 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-2891-8

Disponibilité : en librairie
Prix : 24,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • L’art social, de la Révolution à la Grande Guerre : esquisse d’un parcours
  • S’emparer de l’homme moral et total : l’ombre de Rousseau et la fête révolutionnaire
  • Art utile, art social, art pour l’art dans la première moitié du XIXe siècle
  • Utilité morale et valeur sociale des arts appliqués à l’aube de l’industrialisation
  • David d’Angers
  • La place de l’art et des artistes dans les rues-galeries
  • Art social et éducation sensorielle dans les crèches fouriéristes
  • Une société en marche
  • L’art social de Pierre-Joseph Proudhon
  • Un tournant sociologique dans la pensée esthétique française (1870-1890)
  • L’infécondité vicieuse des artistes
  • L’exemple anglais (Ruskin, Morris)
  • L’expérience belge de l’art social, 1880-1914
  • Bruxelles-Paris
  • Le Musée du soir de Gustave Geffroy
  • Jean Lahor
  • Le Temple et la Cité harmonique
  • Mauclair, le peuple et l’art
  • Georges Sorel ou l’art comme préfiguration du « travail de l’avenir »
  • Roger Marx et l’institutionnalisation de l’art social
  • Art et société
  • « Populovitch n’est pas si bête qu’il est mal vêtu »
  • Masses inconscientes et élites républicaines ou les arrière-plans naturalistes du « retour à l’ordre »
  • L’art et le paysan

Neil McWilliam est Walter H. Annenberg, Professor of Art and Art History à Duke University (Caroline du nord, États-Unis).

Catherine Méneux est maître de conférences à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne et membre de l’HiCSA, ED 4100.

Julie Ramos est maître de conférences à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, membre de l’HiCSA, ED 4100 ; elle a occupé la fonction de conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art de 2009 à 2013.

 

« Sans prétendre épuiser la question, cet ouvrage exigeant mais toujours accessible dresse un tableau complet de l’influence de l’art sur l’organisation sociale dans des domaines aussi divers que la fête publique, le logement, la propagande électorale ou la décoration. »

Vox patrimonia, numéro 10, juillet/août 2014

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 23 mars 2017

Presses Universitaires de Rennes