Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

Le souci des plus pauvres

Dufourny, la Révolution française et la démocratie

Cet ouvrage présente une relecture novatrice de la Révolution française en suivant le parcours de Dufourny, ardent défenseur du droit des « infortunés ». Les pauvres sont-ils des citoyens comme les autres ? Ici est en jeu la conception de la démocratie, à partir de l’accès ou non des plus pauvres aux droits politiques. Elle fait apparaître les tensions et les ambigüités entre démocratie dite « directe » et démocratie dite « représentative » et celles provoquées par l’émergence de la figure du sans-culotte, la mise en place du gouvernement révolutionnaire et la Terreur.

Avec une préface de Michelle Perrot et une postface de Marie-Rose Blunschi Ackermann.

En coédition avec les Éditions Quart Monde.

Avec le soutien du laboratoire ICT Paris-Diderot, Paris 7.

2014

Michèle Grenot

filet

Domaines : Histoire | Histoire contemporaine
Histoire | Révolution française

Collection : Histoire

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 432 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-2902-1

Disponibilité : en librairie
Prix : 23,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Préface de Michelle Perrot

Du « bourgeois » sujet du roi au citoyen défenseur « des infortunés »

  • La formation et l’émergence d’un homme des Lumières
  • La représentation des plus pauvres aux États généraux en débat
  • « L’ordre sacré des infortunés »

Un fondateur du Club des Cordeliers et un jacobin démocrate

  • Les infortunés, des citoyens « passifs »
  • Droit à la subsistance ou accès des « passifs » à la citoyenneté « active »
  • La constitution de 1791 : l’exclusion des pauvres institutionnalisée

Un défenseur de la Constitution de 1793, dite « démocratique »

  • La constitution de 1793 : l’exclusion vaincue
  • Mobilisation, Terreur et droits de l’homme
  • Le retour à l’exclusion des plus pauvres

Postface de Marie-Rose Blunschi Ackermann

Michèle Grenot est historienne de formation. Membre du mouvement ATD Quart Monde, elle a connu les Cahiers du Quatrième Ordre de Dufourny grâce à Joseph Wresinski, fondateur de ce mouvement qui en avait saisi l’intérêt, et dont il s’est en partie inspiré pour nommer le mouvement qu’il venait de créer. Elle a entrepris une thèse sur Dufourny sous la direction d’André Gueslin, soutenue en 2001 qui a abouti à cette publication.

 

« un ouvrage qui invite à poursuivre le travail sur le personnel, la nature et les formes d’un courant pensant la démocratie comme fraternité interclassiste. »

Déborah Cohen, Cahiers d’Histoire – Revue d’histoire critique

 

« L’enquête permet de saisir au quotidien ce qui fait la transformation de l’amateur des Lumières en jacobin progressiste, en "l’Homme Libre" comme il se plaisait à signer ses écrits. Elle nous rappelle aussi l’absolue nécessité de considérer les trajectoires individuelles de manière longitudinale afin de construire par la biographie de ces personnages intermédiaires une meilleure compréhension globale des processus en nous invitant à nous détacher des grands protagonistes. »

Marie Thébaud-Sorger, Le Mouvement social, n°249, 2014/4

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 22 septembre 2016

Presses Universitaires de Rennes