Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Et on tuera tous les affreux

Le féminisme au risque de la misandrie (1970-1980)

« Je ne suis pas féministe, parce que je n’en veux pas aux hommes. » Cette réflexion d’une ancienne militante du Planning familial établit un lien évident entre féminisme et haine des hommes. Peut-on faire l’hypothèse d’une misandrie travaillant le Mouvement de libération des femmes en France dans les années 1970 ? À partir de sources variées (presse, tracts, affiches, témoignages écrits et oraux de militantes), cet ouvrage en analyse la présence dans les discours féministes sur l’avortement, le viol, les relations de couple ou encore l’homosexualité.

Préface de Michelle Zancarini-Fournel.

Prix Mnémosyne 2012.

2014

Colette Pipon

filet

Domaine : Histoire | Histoire contemporaine

Collection : Mnémosyne

filet

Format : 17,5 x 25 cm
Nombre de pages : 242 p.

ISBN : 978-2-7535-2943-4

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Revue de presse

Préface de Michelle Zancarini-Fournel

 

  • Naissance d’un mouvement
  • Les femmes en quête d’une nouvelle identité
  • Un sombre portrait masculin
  • Résistance ou misandrie ?
  • Dans l’impasse de la haine

« Merci à l’auteure de nous rappeler que comme tout mouvement social, le mouvement féministe a eu ses moments où la misandrie était devenue le nerf de cette guerre (des sexes) ! »

Yolande Cohen, Le Mouvement social, 2015

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 20 octobre 2017

Presses Universitaires de Rennes