Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Gallomanie et gallophobie

Le mythe français en Europe au XIXe siècle

Ce livre analyse toutes les facettes du « mythe français » au XIXe siècle et montre la circulation des mêmes thèmes dans différentes aires culturelles européennes. Il donne ainsi un aperçu représentatif du débat international sur l’élaboration des identités nationales. Écrit par des spécialistes de différentes disciplines (histoire, littérature française et étrangère, sciences politiques), en provenance de toute l’Europe, il étudie les différentes manifestations de sentiments pro-français et anti-français dans les textes littéraires et politiques, l’iconographie, les manuels d’histoire et d’enseignement, les articles de journaux, les mémoires ou encore les dictionnaires.

2012

Laura Fournier-Finocchiaro et Tanja-Isabel Habicht (dir.)

filet

Domaine : Histoire | Histoire contemporaine

Collection : Histoire

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 316 p.

ISBN : 978-2-7535-2039-4

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • Les nations européennes confrontées à la France
  • Parcours d’écrivains et d’artistes entre gallophobie et gallomanie
  • Vecteurs rhétoriques et pédagogiques du mythe français

Laura Fournier Finocchiaro est maître de conférences d’italien à l’université Paris 8 et collabore avec les programmes de recherche de l’équipe ERLIS de l’université de Caen. Ses recherches portent sur l’expression du sentiment national italien et sur les mythologies nationales aux XIXe et XXe siècles.

Tanja-Isabel Habicht est germaniste et romaniste. Elle enseigne la civilisation et la langue allemandes dans les grandes écoles ainsi qu’à l’université de la Sorbonne (Paris IV). Elle mène actuellement des recherches, avec des approches contemporaines et comparatives (Allemagne, France, Israël), sur les lieux de mémoire, la muséographie et les discours commémoratifs.

 

« une étude toute en finesse, loin des poncifs et qui nous aidera à rester modeste lorsque nous nous adresserons désormais à nos voisins… »

sur le site guerres-et-conflits

 

« Cette contribution collective à l’histoire de la construction des nations est utile. Elle rappelle que la formation des critères nationaux au XIXe siècle tient pour beaucoup aux représentations que l’on se fait de l’autre. La France occupe dans ce processus une place centrale par sa surface politique et culturelle. »

RANGER Pierre, Revue d’histoire du XIXe siècle, n°47-2013/2

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 14 novembre 2018

Presses Universitaires de Rennes