Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

Modernités de l’Ancien Régime

(1750-1789)

Si la Révolution introduit une rupture évidente, il convient aussi d’insister sur les continuités indéniables et l’héritage de l’Ancien Régime. Beaucoup d’innovations que les gouvernements révolutionnaires reprendront ultérieurement à leur compte ont été, en fait, conçues et préparées depuis le milieu du XVIIIe siècle. La Révolution, de 1789 à 1791, a souvent réalisé les projets que la monarchie avait tentés ou rêvés, ce qui ne constitue pas le moindre des paradoxes. Synthèse de nombreuses années de réflexion et de préparations de cours, Alain Becchia nous propose ici une relecture de la fin de l’Ancien Régime.

2012

Alain Becchia

filet

Domaine : Histoire | Histoire moderne

Collection : Histoire

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 502 p.

ISBN : 978-2-7535-2037-0

Disponibilité : en librairie
Prix : 22,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Les données fondamentales de la démographie et de l’économie

  • Amorces d’un nouveau modèle démographique
  • Les débuts de la croissance agricole
  • Premier essor des activités industrielles
  • Agir sur l’économie

Effervescences intellectuelles

  • Le progrès des connaissances
  • Inventions et découvertes techniques
  • De nouvelles façons d’être et de penser
  • Paradoxes des élites

Échecs des tentatives de réformes

  • Les réformes amorcées
  • Les réformes entravées
  • La fin de l’Ancien Régime

Alain Becchia, professeur d’histoire moderne à l’université de Savoie, est spécialiste du XVIIIe siècle.

 

« La Révolution française n'a pas représenté une rupture aussi totale qu'on a bien voulu le dire […]. C'est ce que démontre Alain Becchia dans cette étude solidement charpentée, qui s'inscrit en faux contre l'idée reçue d'une " modernité républicaine " prenant brusquement le relais d'une société finissante, incapable d'évoluer, car crispée sur ses privilèges et ses préjugés. »

Eléments, n°147, avril/juin 2013

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 22 septembre 2016

Presses Universitaires de Rennes