Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Les années du romantisme

Musique et culture entre Paris et l’Anjou (1823-1839)

Dans les années 1820 et 1830, Paris est le foyer d’une intense vie culturelle et de nombreux échanges s’opèrent avec les régions, notamment l’Anjou. Ce volume en présente les groupes constitués (salons, cénacles, sociétés) et montre la circulation des artistes et des animateurs de ces milieux. Autour de personnalités (David le sculpteur républicain, Malibran la diva, etc.) gravitent en effet des personnes de différents horizons qui notent ou dessinent, se retrouvent ou s’écrivent pour échanger leurs idées et leur vision du monde.

2012

Claire Giraud-Labalte et Patrick Barbier (dir.)

filet

Domaine : Art | Histoire de l'art

Collection : Art et Société

filet

Format : 17,5 x 25 cm
Nombre de pages : 276 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-1861-2

Disponibilité : en librairie
Prix : 24,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • Milieux et réseaux parisiens : de quelques figures emblématiques
  • Circulation des hommes, des œuvres et des idées : regards depuis la province

Claire Giraud-Labalte est historienne d’art et maître de conférences à l’université catholique de l’Ouest (LUNAM). Spécialiste du patrimoine et des voyageurs au XIXe siècle, elle a publié Les Angevins et leurs monuments (1996) et prépare l’édition du Journal de voyage de Prosper Barbot.

Patrick Barbier est historien de la musique et professeur à l’université catholique de l’Ouest (LUNAM). Spécialiste des rapports entre musique et société, il a écrit notamment une biographie de la Malibran (Pygmalion, 2005) et une autre de sa soeur Pauline Viardot (Grasset, 2009).

 

« L’interculturalité a incité les auteurs à faire «un pas de côté», ce qui nous vaut un regard renouvelé sur une période bien connue, mais observée autrement dans le perpetuum mobile des échanges entre les artistes et à l’intérieurs des groupes, ce que facilite la dimension régionale toujours prise en compte.

Anne-Simone Dufief, Studi francesi, n°172, janvier-avril 2014

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 12 novembre 2018

Presses Universitaires de Rennes