Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

La subjectivité au cinéma

Représentations filmiques du subjectif

Ce livre, considérant le cinéma à l’égard de la subjectivité (en son sens philosophique) et des propriétés spécifiques du film, propose de considérer les signes filmiques qui suggèrent au spectateur un travail de la subjectivité. Il propose aussi de cheminer de l’extérieur vers l’intérieur, du choc premier de la subjectivité avec le monde vers les mondes imaginés, et l’expression personnelle d’un auteur, en passant par la représentation du ressenti interne, du sentiment et par l’hallucination. Il s’agit d’égrener les figures de la subjectivité filmique, mais aussi de caractériser une théorie de la manière dont la subjectivité, en participant du film, lui confère le statut d’une forme.

2012

Dominique Chateau

filet

Domaines : Art | Arts du spectacle
Art | Cinéma

Collection : Le Spectaculaire Cinéma

filet

Format : 17 x 21 cm
Nombre de pages : 174 p.

ISBN : 978-2-7535-1723-3

Disponibilité : en librairie
Prix : 15,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • La caméra positionnelle
  • La présentation par esquisses
  • La stratégie des points de vue
  • À propos de la représentation du vertige : le point de vue et le ressenti
  • Objectivation et représentation du monde mental : l’hallucination, le rêve et autres délires
  • Mondes possibles et ciné-mondes
  • Représenter la tristesse à l’écran
  • La représentation du monde comme mental
  • Défense et illustration de l’auteurisme
  • La confession au cinéma

Dominique Chateau est professeur d’esthétique et d’études cinématographiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a publié de nombreux ouvrages dans les deux domaines. Notamment, il vient de diriger Subjectivity aux Presses universitaires d’Amsterdam (2011).

 

« L'écriture dense, le propos savant, le ton souvent goguenard et la plume poétique, arrachent aux uns et aux autres leurs prérogatives disciplinaires et abolit dans le processus de réflexion les contradictions supposées entre le cinéma et le film, grâce à la considération croisée et permanente des dimensions du film : du cinéma, au cinéaste, au plan, au personnage. »

Recherches en esthétique, n°18, janvier 2013

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 21 février 2019

Presses Universitaires de Rennes