Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

La question animale

Entre science, littérature et philosophie

Y a-t-il eu un jour entre les animaux et les hommes un contrat moral implicite que l’homme aurait détruit ? Ici, l’articulation de la littérature et des sciences fait problème, tandis que les philosophes sont loin de s’accorder entre eux : les débats internes à l’éthique animale anglo-saxonne reposent sur des prémisses étrangers à la déconstruction que radicalise aujourd’hui la philosophie continentale de l’animalité. Réouvrir la question de l’animal, longtemps sacrifiée au primat d’un logos anthropocentrique, c’est comme l’a dit Derrida réouvrir la « question du pathos » pour se diriger ailleurs : un ailleurs reconnu et parcouru déjà en littérature.

En coédition avec l'Espace Mendès-France.

2011

Jean-Paul Engélibert, Lucie Campos, Catherine Coquio et Georges Chapouthier (dir.)

filet

Domaines : Littérature | Littérature générale
Sciences humaines et sociales | Philosophie
Sciences | Épistémologie

Collection : Interférences

filet

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 308 p.

ISBN : 978-2-7535-1291-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Questions sur un contrat moral

  • Cultures et créations animales
  • Éthique animale ou éthique environnementale
  • De l’élevage à l’abattoir

« Mon semblable, mon frère »

  • Une nouvelle alliance
  • Le littéral et le philosophique : écritures du hiatus. Des souris et des rats
  • À l’épreuve de l’histoire

Jean-Paul Engélibert est professeur de littérature comparée à l’université de Bordeaux 3. Ses publications portent sur les frontières de l’humain, à travers notamment la représentation du travail, le motif de l’homme artificiel et la question de l’animal.

Lucie Campos, docteur en littérature comparée, enseigne à l’université de Poitiers. Ses travaux portent sur le traitement de la conscience historique dans la pensée contemporaine,et sur la relation entre littérature, critique, théorie et philosophie depuis le XIXe siècle.

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à Paris 8. Ses travaux portent sur les relations littérature-politique, les mutations du nihilisme et de l’utopisme, W. Benjamin, R. Musil, I. Kertész, J.M. Coetzee.

Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’homme, ce singe en mosaïque (Odile Jacob, 2001) et Kant et le chimpanzé. Essai sur l’être humain, la morale et l’art (Belin, 2009).

 

« L'exploration proposée ici n'est plus l'étude longtemps poursuivie de ce qui distinguerait l'homme de l'animal mais celle du monde commun où nous cohabitons. »

L'esprit créateur, vol 51, n°4.

 

« C’est un ouvrage de base. La richesse des pensées, l’approche résolument moderne de la question animale peut amener à repenser d’une manière toute nouvelle le comportement humain. »

SA, Droit animal, éthique & sciences, n°70 – juillet 2011


« L’originalité de cet ouvrage est de traiter la question de l’animal à partir de la science, de la philosophie et de la littérature. »

Stanislas Deprez, Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2011/3

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 19 juillet 2018

Presses Universitaires de Rennes