Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

La rumeur au Moyen Âge

Du mépris à la manipulation, Ve-XVe siècle

La rumeur est omniprésente au Moyen Âge, elle n’épargne aucun pan de la société entre le Ve et le XVe siècle. Elle a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour renouveler cette approche historique que ce livre croise les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée de la rumeur. Le mépris affiché par les élites à son égard ne suffit pas à faire oublier qu’elle est avant tout un moyen de fédérer.

2011

Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.)

filet

Domaine : Histoire | Histoire médiévale

Collection : Histoire

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 352 p.

ISBN : 978-2-7535-1285-6

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • La rumeur, matériau des constructions historiographiques et littéraires
  • La rumeur dans les pratiques de gouvernement
  • La rumeur dans les constructions identitaires : violences et discours de haine
  • La rumeur en réseau : ruralité et sainteté

Agrégées d’histoire, Maïté Billoré et Myriam Soria sont respectivement maîtres de conférences en histoire médiévale à l’université Jean-Moulin-Lyon III et Poitiers.

 

 « Des ragots paysans à la campagne de calomnie dans le monde ecclésiastique, des rumeurs d’empoisonnement des puits à la diffamation des princes, par petites touches se dessine un tableau d’ensemble des usages et mesusages médiévaux de la rumor et du murmure. »

Nicolas Offenstadt, Le Monde des livres, 1 avril 2011.


« Les puissants jouaient avec l’opinion publique, la façonnaient, en faisant circuler calomnies et médisances. Quelles circonstances rendaient ces rumeurs vraisemblables? A l’historien d’analyser des documents comme autant de témoignages d’un «imaginaire raisonnable», reflet de son temps. »

L’Histoire, juin 2011-365.

 

« On appréciera ainsi la présence d’articles consacrés au haut Moyen Âge, aux sociétés rurales et même au monde musulman. Les auteurs ne proposent aucune remise en question majeure des acquis de la recherche, mais quelques inflexions qui méritent d’être soulignées. »

« Ce recueil propose ainsi des réflexions stimulantes sur la rumeur médiévale qui reste un champ d’enquête à explorer. »

Xavier Nadrigny, Bibliothèque de l'École des chartes, fascicule 169/2, 2011, paru en 2014.

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 25 août 2016

Presses Universitaires de Rennes