Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

Stendhal et l’érotisme romantique

Cet ouvrage articule deux interrogations : quelle conception de l’érotisme Stendhal a-t-il eu à l’époque romantique, au premier chef dans De l’amour ? Et, au regard des définitions actuelles de l’érotisme, dans quelle mesure peut-on considérer De l’amour comme le premier ars erotica occidental moderne dont ont hérité nos érotologues contemporains ? De l’amour n’avait jamais fait l’objet d’une étude complète, bien que Stendhal le considérait comme son œuvre principale. Car, s’il apparaît au centre de sa pensée philosophique et sociale, De l’amour s’impose également comme le texte pivot de sa création romanesque.

Avec une préface de Béatrice Didier.

2010

Alexandra Pion

filet

Domaine : Littérature | Littérature XIXe siècle

Collection : Interférences

filet

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 286 p.

ISBN : 978-2-7535-1204-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 16,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Préface de Béatrice Didier

Aimer, c’est sentir

  • Penser, c’est sentir
  • Sentir, c’est désirer
  • Désirer, c’est imaginer
  • Imaginer, c’est aimer

Scientia sexualis vs ars erotica

  • « Le temps des oies blanches et des bordels »
  • Démoralisation érotique et babilanisme social
  • Stendhal et le débat féministe sur l’amour
  • Stendhal, un théoricien érotique cosmopolite
  • Stendhal, amant-poète ’udhrite ?

Docteur de l’université Paris-Est-Créteil, Alexandra Pion est membre du centre de recherche LISAA (littératures, savoirs et arts) de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée. Elle a publié de nombreux articles consacrés à Stendhal.

 

"L'auteur met en valeur la modernité de Stendhal qui veut que la passion ne s'apparente pas à l'amour naturaliste des sensualistes, et qui, se démarquant également des Idéologues, fait de l'imagination le point de départ de la cristallisation."

Les lettres romanes, LXV, 3-4, 2011.

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 02 décembre 2016

Presses Universitaires de Rennes