Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

Le journalisme au féminin

Assignations, inventions, stratégies

En France, la profession de journaliste, massivement masculine jusqu’aux années 1960-1970, s’est progressivement féminisée. Cet ouvrage questionne les modalités et les enjeux de ce processus de féminisation en Europe et interroge les rapports de genre qui se jouent dans le fonctionnement des rédactions et le traitement de l’information. S’appuyant sur des terrains d’enquête variés, il dégage les diverses logiques à l’œuvre et interroge l’existence et les contours éventuels d’un journalisme « au féminin »

2010

Béatrice Damian-Gaillard, Cégolène Frisque, Eugénie Saitta (dir.)

filet

Domaines : Sciences humaines et sociales | Sociologie
Sciences humaines et sociales | Information-Communication
Sciences humaines et sociales | Politique

Collection : Res Publica

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 284 p.

ISBN : 978-2-7535-1115-6

Disponibilité : en librairie
Prix : 20,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

  • Processus de professionnalisation et genre : questionner la dimension genrée du métier de journaliste et ses évolutions
  • Les spécialisations sectorielles et thématiques : intériorisation des conventions journalistiques masculines et déplacements
  • Un traitement genré de l’information ? L’invention d’un journalisme « au féminin », entre reproduction et subversion des cadres

Cet ouvrage est coordonné par Cégolène Frisque, maître de conférences en sociologie à l’IUT de la Roche-sur-Yon (université de Nantes), Béatrice Damian-Gaillard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de Lannion (université Rennes 1) et Eugénie Saitta, postdoctorante en science politique à l’université de Poitiers. Elles sont toutes trois membres du centre de recherches sur l’Action publique en Europe (CRAPE, UMR 6051).

 

  « Une femme n’est pas rabaissée, mais elle n’est pas non plus portée aux nues. Il faut qu’elle soit deux fois plus compétente qu’un homme, qu’elle se batte sans arrêt. »
Stratégies, n°1613, 9 dec 2010.

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 29 août 2014

Presses Universitaires de Rennes