Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Une vie à soi

Nouvelles formes de solitude au féminin

Qu'est-ce qu'une femme seule ? S'inscrivant en faux contre les discours dominants, Erika Flahault propose une étude de la situation des femmes vivant seules, à travers l'examen de la place qui leur est accordée dans nos sociétés et à travers l'analyse sociologique de récits de vie. Elle montre que la solitude résidentielle constitue un mode de vie à part entière et procède d'un choix actif dans certains cas. Contre les visions réductrices qui associent trop souvent le fait de vivre seule à un manque ou à un échec, elle dégage les aspects constructifs de ces nouvelles formes de solitude au féminin.

2009

Erika Flahault

filet

Domaine : Sciences humaines et sociales | Sociologie

Collection : Le Sens social

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 200 p.

ISBN : 978-2-7535-0896-5

Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

D'hier à aujourd'hui. Histoire et représentations des femmes seules

  • Habiter seule : l'aboutissement d'un long processus
  • Le regard de la presse sur les femmes seules : un siècle entre misérabilisme et méconnaissance

Histoires de vies, vies de femmes seules.

  • Des veuves éplorées aux apostates du conjugal
  • La difficulté à vivre des « femmes en manque »
  • Le cheminement des « femmes en marche »
  • La vie à soi des « apostates du conjugal »

Erika Flahault est sociologue, maîtresse de conférences à l'université du Maine, laboratoire CNRS UMR 6590 ESO – Espaces et Sociétés.

 

 « Cet ouvrage propose une sorte d’état des lieux de la position de plus en plus fréquente de la femme seule dans nos sociétés, situation toujours difficile à assumer compte tenu du poids de l’histoire des contraintes sociales et des préjugés. Il trouvera un écho chez tout lecteur (trice) soucieux (se) de l’évolution des rapports sociaux de sexe. »
Diplômées, n°232, mars-avril 2010.

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 16 septembre 2019

Presses Universitaires de Rennes