Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss Recommander cette page

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Disponible en numérique ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

[ Recommandez cette page ]

filet

[ Contact ]

L'insubordination ouvrière dans les années 68

Essai d'histoire politique des usines

La mémoire de 68 a largement valorisé le mouvement étudiant. Pourtant, 68 constitue également le plus puissant mouvement de grèves ouvrières que la France a connu, et qui ouvre ensuite une phase décennale de contestation dans les usines. C’est cette séquence d’insubordination ouvrière que Xavier Vigna retrace dans une étude historique pionnière qui s’appuie sur des archives inédites.

Avec une préface de Serge Wolikow.

Acheter ce livre au format epub : Acheter

2007

Xavier Vigna

filet

Domaine : Histoire | Histoire contemporaine

Collection : Histoire

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 384 p.

ISBN : 978-2-7535-0446-2

Disponibilité : en librairie
Prix : 22,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Préface de Serge Wolikow

La contestation ouvrière pendant les années 68 : événement et séquence

  • Les grèves ouvrières de mai-juin 1968
  • Les luttes ouvrières des années 68 : une seconde jeunesse de la grève

Éléments d’une politique ouvrière pendant les années 68

  • Questions d\'usine et travail ouvrier
  • Productions politiques ouvrières

Relais et résistances

  • Les syndicats : recomposition et crise
  • La mouvance révolutionnaire
  • L’État et le patronat face à l’insubordination ouvrière

Agrégé d'histoire, Xavier Vigna est maître de conférences d'histoire contemporaine à l'université de Bourgogne. Membre du Centre Georges-Chevrier (UMR 5605), il poursuit des recherches sur la conflictualité sociale et politique dans le second XXe siècle.

 

« Des propos d’actualité. »
DUPUY Georges, L’Express, 30/04/09

« Rigoureux, clair et interprétatif, il permet au lecteur de décrypter cette période complexe, agitée et déconcertante. »

LINHART Danièle, Sociologie du travail, vol 51, janvier 2009.


« L’ouvrage constitue un cinglant démenti aux nombreuses présentations contemporaines de Mai 68 qui se limitent aux grandes heures du mouvement étudiant [et] parisien, où les ouvriers n’apparaissent que furtivement. [...] Proposant au contraire un panorama des nombreux conflits sociaux dans plusieurs régions, l’historien est parti à la recherche des « points de vue des ouvriers sur l’univers usinier », expression de cette « insubordination dans l’histoire politique des usines » qui caractérise la période étudiée. [...] Le chercheur montre notamment combien les tensions entre ouvriers, d’un côté, cadres, maîtrise et direction, de l’autre, sont alors vives, Mai 68 ayant essentiellement permis aux premiers de prendre conscience de leur force collective. »

DOUBRE Olivier, Politis, n° 1001, 8-14 mai 2008.


« Un ouvrage dense et clair en même temps, bien écrit, qui mérite de circuler largement. »

J.-P. S., Dissidences, n° 4, avril 2008.


« Les commémorations ont du bon lorsqu’elles favorisent la publication de travaux neufs. Centrée sur la conflictualité, l’étude procède d’une histoire qui, à la fois sociale, politique et culturelle, recoupe les questions du travail, des identités de genre, de génération ou d’origine. [...] Par son objet et sa démarche, l’ouvrage de Xavier Vigna, contribution importante à l’intelligence du « tournant » des années 1968, l’est également par les débats qu’il relance sur des questions de plus longue durée. »

PIGENET Michel, Le Mouvement social, n° 223, 2008/2.


 

À lire également :
Ouvriers en révolte, l’autre visage de mai 68 par Rémy Pawin, 26-05-2008
laviedesidées.fr

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 02 décembre 2016

Presses Universitaires de Rennes