Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Beaux-livres ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

En finir avec la guerre froide

La France, l’Europe et le processus d’Helsinki, 1965-1975

Lorsque trente-trois États européens, les États-Unis et le Canada se réunissent à Helsinki (1972-1975), les Français tentent de faire de la conférence le prolongement de la politique gaullienne de détente. Ils veillent d’abord à ce que les frontières puissent être modifiées de façon pacifique : il s’agit de permettre à l’Allemagne d’être un jour réunifiée. Le but est également, selon le président Pompidou, de transmettre aux pays communistes le « virus de la liberté » et d’enfoncer un coin dans le système des blocs.

Avec une préface de Frédéric Bozo.

Avec le soutien de l’université de Bretagne-Sud.

Prix Dezes 2012.

2014

Nicolas Badalassi

filet

Domaine : Histoire | Histoire contemporaine

Collection : Histoire

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 448 p.

ISBN : 978-2-7535-3368-4

Disponibilité : en librairie
Prix : 23,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

Préface de Frédéric Bozo

 

 

  • La sécurité européenne à l’ère gaullienne : détente et malentendus
  • La CSCE, pierre angulaire de la politique européenne de la France
  • La France, actrice et spectatrice du processus d’Helsinki
  • La première corbeille ou la détente négociée
  • Propager le « virus de la liberté » : les négociations de la troisième corbeille
  • La France et la deuxième corbeille : vers la convergence des modèles ?

Nicolas Badalassi est agrégé d’histoire et maître de conférences à l’université de Bretagne-Sud.

 

« Nicolas Badalassi redonne à la France toute sa place dans l’histoire de la Guerre froide, loin de se cantonner à une position de spectatrice de l’antagonisme soviéto-américain, mais actrice de tout premier plan du processus de détente. »

Andreï Kozovoï, Cahiers du monde russe, n°55/3-4

 

« Le livre publié […] par Nicolas Badalassi, intitulé En finir avec la guerre froide : la France, l’Europe et le processus d’Helsinki, 1965-1975, est incontestablement majeur. […] l’auteur livre une somme de quatre cent quarante-deux pages, toujours parfaitement lisible, sur la politique française et la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). […] Il constitue un jalon dans le renouvellement de l’historiographie sur la guerre froide, mais aussi sur la politique étrangère française sous le général de Gaulle, sous Georges Pompidou et sous Valéry Giscard d’Estaing. »

Pierre Bouillon, Vingtième Siècle, n°128, 2015/4

 

« Ces apports historiques, qui font la part belle aux enjeux culturels, nourriront aussi les réflexions des politistes sur les pratiques diplomatiques, sur les linkage entre sécurité, économie et culture, ou encore sur les leçons théoriques de la Détente »

Guillaume de Rougé, Politique étrangère, n°4, 2015

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 19 avril 2018

Presses Universitaires de Rennes