Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Le pouvoir des « dames »

Femmes et pratiques seigneuriales en Normandie (1580-1620)

Cet ouvrage reconstruit les parcours de femmes nobles qui, à la faveur d’un héritage ou de circonstances particulières, sont promues « dame », à la charnière entre XVIe et XVIIe siècles. Dans l’espace de la Normandie, province où la Coutume est pourtant réputée très sévère à l’égard des femmes, l’analyse met en relief l’importance des fiefs hérités par des filles sans frère et les modalités originales d’administration féodale que ces successions peuvent introduire.

2013

Anaïs Dufour

filet

Domaine : Histoire | Histoire médiévale

Collection : Mnémosyne

filet

Format : 17,5 x 25 cm
Nombre de pages : 176 p.

ISBN : 978-2-7535-2272-5

Disponibilité : en librairie
Prix : 12,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Revue de presse

« Tomber de lance en quenouille »

  • L’exclusion successorale des filles en Normandie
  • Les héritières : la gamme des itinéraires

Les successions entre filles

  • Le parage
  • Une absence de droit d’aînesse entre filles ?

Mariage et autonomie des héritières

  • La chasse aux héritières
  • Les dames « sous couverture de baron »

Le veuvage ou l’indépendance recouvrée

  • De l’occurrence des veuves seigneurs
  • Des intermédiaires dans la transmission du patrimoine féodal
  • Les veuves en leurs domaines

« Haulte et puissante princesse… »

  • La dévolution des grands fiefs de dignité aux filles
  • De la proximité des grandes dames vis-à-vis de leurs affaires seigneuriales
  • Les duchesses d’Aumale et les troubles de la Ligue

« L’histoire des femmes et l’histoire seigneuriale sont deux domaines qui se croisent très rarement et cela semble tout particulièrement évident dans l’historiographie française. Malgré une grande tradition d’histoire rurale et peut-être en raison d’une certaine frilosité, pour ne pas dire d’un certain retard, de la pratique de l’histoire des femmes et du genre, les historiens français ont rarement abordé de pair ces deux enjeux. C’est pourquoi il faut saluer le travail de l’historienne Anaïs Dufour qui s’est justement proposé d’analyser la pratique seigneuriale des femmes, dans ce cas-ci celles de Normandie, à une époque précise, le tournant du XVIIe siècle. »

GRENIER Benoît, Histoire sociale, vol. XLXVII, n°93, 2014

« En examinant la façon dont les femmes de la noblesse normande ont exercé le pouvoir seigneurial à la charnière des XVIe et XVIIe siècles, l’auteur comble un vide historiographique et donne ici un nouvel exemple de l’importance et de la variété des pouvoirs féminins au temps de la première modernité. »

VERGNES Sophie, Revue Clio

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 20 juillet 2017

Presses Universitaires de Rennes