Rechercher

[ Recherche avancée ]

Lettre d'information Flux rss

filet

[ Art ]

[ Bretagne ]

[ Concours ]

[ Histoire ]

[ Langues et civilisations ]

[ Littérature ]

[ Sciences ]

[ Sciences humaines et sociales ]

filet

[ Votre panier ]

[ Inscription à la
lettre d'information ]

[ Flux rss ]

filet

[ Contact ]

Écrire la crise

L’esthétique postmoderne

Écrire la crise ce n’est pas la raconter. C’est montrer comment elle modifie nos manières de raconter. Cet essai se propose à la fois d’examiner l’hypothèse postmoderne comme mise en turbulence des valeurs de la modernité et de définir le postmodernisme en littérature comme une esthétique qui met en relation les configurations sociales et certaines formes d’écriture contemporaine.

2013

Marc Gontard

filet

Domaine : Littérature | Littérature générale

Collection : Interférences

filet

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 150 p.

ISBN : 978-2-7535-2215-2

Disponibilité : en librairie
Prix : 14,00 €

 

  • Sommaire
  • Documents
  • Auteur(s)
  • Revue de presse

L’hypothèse postmoderne

  • Polémique autour d’une notion
  • Le postmoderne entre néo-moderne et surmoderne
  • Éléments de périodisation

La culture postmoderne

  • L’imaginaire social postmoderne
  • Le sujet postmoderne
  • Pratiques postmodernes

Récit et postmodernité

  • En quête d’une poétique
  • Poétiques du discontinu. Un exemple d’écriture postmoderne
  • Poétique du désordre et post-théorie

Marc Gontard est professeur de littérature française et président honoraire de l’université Rennes 2.

 

« Ni une école ni une avant-garde, Marc Gontard définit le postmodernisme comme une esthétique qui affecte la littérature ainsi que d'autres domaines des arts et de la société. »

Bretons, avril 2013

 

« À tous ceux qui cherchent à comprendre le phénomène postmoderne et l’esthétique qui lui correspond, dans leurs grandes lignes et selon divers angles d’approche […], on ne saurait trop recommander cette magnifique synthèse, bien informée et bien organisée, pédagogique au meilleur sens de ce mot, sans jargon aucun et qui présente des exemples judicieusement choisis. »

Bruno Thibault, Nouvelles Études Francophones, numéro 28.2, 2014

 

« le livre présente deux incontestables points d’intérêt. Le premier est de faire un bilan utile et efficace sur les grandes étapes du débat postmoderne. Le second est d’accorder une place importante à la littérature francophone. Cette ouverture, qu’un tel sujet rend nécessaire, permet de stimulants rapprochements entre des produits de cultures géographiquement éloignées, que le débat sur le postmoderne aide à rapprocher sous l’angle de la notion de crise, combien actuelle, mais commune à la modernité et au postmoderne. »

Martin Mégevand, Littérature, numéro 173, mars 2014

 

 

Haut de page

Presses Universitaires de Rennes - Dernière mise à jour : 21 juillet 2017

Presses Universitaires de Rennes